Nous sommes vivants !

Ils ont tiré à mort sur nous en nous empêchant d’accéder, par exemple, à un total de 32 équipements et fournitures liés à la production de candidats-vaccins contre la COVID-19 ou à l'exécution des étapes permettant l'achèvement des études cliniques du vaccin, tels que des équipements pour la purification des candidats vaccins, des additifs pour les équipements de production, des cuves et capsules de filtration, du chlorure de potassium en solution, du thiomersal, des sacs et des réactifs.
Comme si cela ne suffisait pas, ils ont tenté de nous pousser à nous entretuer. En tentant de semer le découragement, l'irritation et le désespoir. Pour provoquer une explosion.
Comme rien de tout cela n'arrive, la dernière mode est de dire que nous ne le faisons pas par peur. Une youtuber hystérique et, quelle coïncidence, une universitaire que je ne peux ni respecter ni prendre au sérieux lorsque, sur la base de lectures hâtives et incomplètes, elle avance à tort l'idée qu'il règne ici une atmosphère orwellienne, typique d'un pays oppresseur.
Mais nous sommes vivants. Avec des candidats-vaccins qui ont montré leur efficacité et dont les Cubains bénéficient sans distinction d'aucune sorte. Vivants et très bien accompagnés dans notre bataille contre le blocus.
Cuba se tient debout, vivante, sans peur ni bâillon, d'un bout de l’Île à l'autre. Pour la défense de la dignité, de ce que nous sommes et de ce que nous ne renoncerons jamais à être.
EN CONTEXTE
« Voilà comment le monde réagit face à la juste revendication cubaine. Il y a eu 28 ans de rejet mondial du blocus. Les partisans du blocus se sont une nouvelle fois retrouvés sans arguments. Nos amis solidaires renforcent leur soutien », a posté sur son compte Twitter le Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, après avoir appris les résultats du vote aux Nations unies.
Par consensus de la communauté mondiale, la résolution intitulée « Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis d'Amérique à Cuba » a été adoptée.
En termes financiers, aux prix actuels, les dommages accumulés en presque 60 ans d'application de la politique de blocus s'élèvent à 147, 854 milliards de dollars, et en tenant compte de la dévaluation du dollar par rapport à l'or sur le marché international, les dommages quantifiables équivalent à plus de 1 377 998 000 000 dollars.

Categoría
Bloqueo
Eventos
Multilaterales
Situaciones Excepcionales
RSS Minrex