Déclaration de la Commission des Relations internationales de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire.

Nous nous adressons aux parlements, aux groupes parlementaires d’amitié et aux députés pour diffuser notre vérité face à l’opération politico-médiatique brutale et d’immense envergure préparée et financée depuis les États-Unis, qui s’est déployée sur les réseaux sociaux à travers l’envoi de messages automatisés via des centaines de milliers de tweets et d’un nombre similaire d’abonnés, et par l'utilisation intensive de robots, d'algorithmes et de comptes nouvellement créés à cette fin, le tout avec le soutien des médias internationaux et des multinationales de l’information.

Ils ont incité à la violence, au crime, au désordre et aux incivilités, tout en déformant totalement et de façon scandaleuse notre réalité aux yeux du monde dans le cadre de la guerre non conventionnelle préparée et financée depuis les États-Unis contre notre pays pour parvenir à changer le système que notre peuple a librement et souverainement choisi et que la Constitution, approuvée le 10 avril 2019 par 86,85 % des Cubains lors d’un référendum démocratique à forte participation populaire, entérine.

Avec un cynisme absolu, ils ont diffusé des images manipulées d'événements survenus dans d'autres pays du monde afin de renforcer, comme l'indiquent leurs manuels, l’idée selon laquelle il y aurait une absence de gouvernance à Cuba, que le chaos régnerait dans tout le pays et que s’y abattrait une répression qui n'existe pas.

Au milieu d'une pandémie qui affecte tant l'humanité et qui, comme le montrent les statistiques, fait l’objet à Cuba d’une attention appropriée et permanente, le gouvernement des États-Unis, non content d'avoir renforcé le blocus criminel et génocidaire, ainsi que la traque financière, jusqu'à des limites perverses, et d'avoir appliqué 243 mesures inhumaines au cours des quatre dernières années pour tenter d'asphyxier notre peuple, tente maintenant de préparer le terrain pour une agression militaire, au prétexte de la fameuse « intervention humanitaire », ce qui constitue une violation de nos lois, du droit international et de la Charte des Nations unies.

Comme on a pu le voir sur les images diffusées, des troubles se sont produits et divers groupes ont commis, dans certaines localités, des actes de vandalisme, ont provoqué des dégâts matériels, ont proféré des menaces de mort et ont réalisé de graves agressions, troublant, par des actions qui constituent des délits flagrants, la tranquillité publique qui caractérise notre pays.

À Cuba, il n'y a pas eu l’explosion sociale que le gouvernement étasunien a encouragé et auquel il aspire.

Du fait de plus de 6 décennies de blocus, nous avons accumulé des problèmes, lesquels ont été aggravés par la pandémie et les dépenses énormes qu'elle entraîne, ainsi que par la crise économique qu'elle génère.

Il appartient au peuple cubain, uni, résolu et entreprenant, de chercher des solutions et, comme il l'a toujours fait, d'enrichir et d’appliquer les stratégies économiques et sociales, d'avancer avec créativité et de rectifier ce qui est nécessaire, tout en affrontant avec intelligence et audace la guerre économique qui lui est imposée et qui constitue le principal obstacle au développement et au plein exercice des droits humains.

Ne vous y trompez pas, le peuple cubain ira de l'avant avec son Parti et son gouvernement, dirigé par le président Miguel Díaz-Canel Bermúdez, avec l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire et son Conseil d'État qui le représentent, et avec ses institutions et organisations de la société civile.

Notre peuple a des valeurs profondément enracinées d'unité, de paix, d'harmonie, de respect, de solidarité, d'amour et de patriotisme qui lui font défendre son indépendance et sa souveraineté avec courage et bravoure, quel que soit le prix à payer.

Nous appelons les députés du monde entier à élever leur voix pour exiger la levée du blocus génocidaire, la fin de l'application du Titre III de la loi Helms-Burton, le retrait de Cuba de la liste fallacieuse et illégale des pays parrainant le terrorisme, la fin de l'ingérence et des tentatives de coup d'État en douce, la fin de cette énorme campagne de mensonges destinée à justifier leurs crimes – lesquels contribuent à la prolifération de l'épidémie –, pour exiger que l'autodétermination et la souveraineté du peuple cubain soient respectées, que les États-Unis écoutent la communauté internationale qui s'est exprimée à plusieurs reprises aux Nations Unies, écoutent le peuple cubain et les millions de personnes dans le monde qui exigent la levée du blocus économique, commercial et financier imposé à notre pays.

 

17 juillet 2021.

« An 63 de la Révolution »

                                                                Commission des Relations internationales

                                                                Assemblée nationale du Pouvoir populaire

Categoría
Bloqueo
Eventos
Solidaridad
RSS Minrex